Photographe anonyme. Étude de nu, vers 1900.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 13 x 18 cm
Photographe anonyme. Étude de nu pour un bas-relief, vers 1920.
Négatif sur support souple au gélatino-bromure d’argent. 13 x 18 cm
Photographe anonyme. Bas-relief, vers 1920.
Négatif sur support souple au gélatino-bromure d’argent. 13 x 18 cm
Henri Rivière. La Tour Eiffel, 1889.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 9 x 12 cm
Henri Rivière. La Tour Eiffel, 1889.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 9 x 12 cm
Photographe anonyme. Étude de nu, vers 1900.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 13 x 18 cm
Henri Rivière. La Tour Eiffel, 1889.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 9 x 12 cm
Photographe anonyme. Le penseur de Rodin dans l’atelier, vers 1900.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 9 x 12 cm
Photographe anonyme. La Tour Eiffel, vers 1930.
Négatif sur support souple au gélatinobromure d’argent. 13 x 18 cm
Henri Rivière. La Tour Eiffel, 1889.
Plaque de verre négative au gélatino-bromure d’argent. 9 x 12 cm

En exposant des négatifs au même titre que des épreuves positives, la galerie Lumière des Roses propose d'inverser notre vision pour (re)découvrir la beauté du négatif, sa puissance graphique où les violentes oppositions de valeurs font surgir de rares lumières qui donnent naissance à des images mouvantes et abstraites.
La technologie des feuilles lumineuses froides permet aujourd'hui d'exposer sans danger les négatifs, restituant ainsi toute la transparence du support.