Photographe amateur. États-Unis, vers 1950. Tirage argentique d’époque. 11,6 x 10 cm
Photographe amateur. Vers 1930. Tirage argentique d’époque. 8,8 x 13,7 cm
Photographe amateur. Vers 1900. Tirage argentique d’époque. 6,4 x 10,8 cm
Photographe amateur. Vers 1960. Tirage argentique d’époque. 5,7 x 8,7 cm
Photographe amateur. France, vers 1940. Tirage argentique d’époque. 5,5 x 8 cm
Photographe amateur. Vers 1950. Tirage argentique d’époque. 9 x 12,7 cm
Photographe amateur. États-Unis, vers 1930. Tirage argentique d’époque. 8,8 x 11,2 cm
Photographe amateur. France, 1931. Tirage argentique d’époque. 5,8 x 8,2 cm
Exposition
du 30 mai au 13 juillet 2018
du mercredi au samedi de 14h à 19h

 

Vernissage les samedi 26 et dimanche 27 mai
de 14h à 20h

 

Liste complète des œuvres exposées disponible sur demande à partir du samedi 26 mai 2018.
Complete catalogue available on request from saturday may, 26th.

 

Depuis plus de dix ans, nous cherchons avec passion des images qui ne sont petites que par leur taille. Appelées « snapshots » (le terme américain signifie « instantané ») ou qualifiées de ce mot en vogue : vernaculaire, ce sont des photographies d’amateurs, pour la plupart des tirages argentiques noir et blanc produits par milliers au cours du XXe siècle.

Au départ, nous pensions naïvement que le champ d’exploration serait sans limite. Glanées sur les étals de marchés aux puces ou extraites d’albums de famille, il semblait qu’il suffisait d’ouvrir l’œil pour cueillir une à une ces perles photographiques qui faisaient battre notre coeur, mais au fil des années, le gisement s’est réduit. Bien sûr, notre regard s’est aiguisé avec le temps, devenant plus exigeant, mais il y a d’autres raisons à cette impression d’une espèce en voie de disparition. D’abord, ces images anonymes ont gagné une légitimité au sein de l’histoire de la photographie. Les collectionneurs s’en sont emparés les premiers et désormais elles fleurissent dans les livres de photographie et sur les cimaises des musées.

Par ailleurs, l’usage généralisé de la photographie numérique tend à faire disparaître la pratique du tirage. Aujourd’hui, il se prend près de 3000 images par seconde, postées sur Instagram ou autres réseaux sociaux, mais en l’absence d’une sélection fine et surtout d’un transfert sur un support papier stable, les trésors que recèle certainement cette profusion ont toutes les chances de se perdre dans les profondeurs des disques durs auxquels nous n’avons pas accès. Ainsi, les images que nous cherchons sont devenues rares.

 

En ouvrant les boîtes où repose notre collecte amassée au fil des années, il a fallu à nouveau opérer un tri, vérifier si le temps de cette jachère n’avait pas émoussé l’éclat premier qui nous avait saisis. Après avoir remisé les nostalgiques, trait de caractère souvent associé aux images aux bords dentelés, les erreurs photographiques, les amusantes et autres mignonnes, cinquante photographies sont apparues qui nous touchent par leur grâce, leur étrangeté, leur liberté. Cette liberté que revendiquait André Kertész lorsqu’il disait : « Je suis un amateur et j’entends le rester. Regardez les amateurs dont le seul but est de recueillir un souvenir : voilà de la photographie pure ».

 

Voici donc The rose elephant. Pour ceux que ce titre intrigue, disons que dans le rose que revêt la galerie, il y a une certaine idée de l’aube de la photographie. Quant à l’éléphant, c’est une autre histoire : c’est le souvenir d’une photographie merveilleuse, trouvée dans l’innocence des débuts, joliment vendue, persuadés que nous étions de retrouver la même, ou bien sa sœur, la photo étant par nature reproductible. Malheureusement, ou heureusement, nous ne l’avons jamais retrouvée. C’est l’une des qualités de ces images qui les rend si précieuses : elles sont uniques.

 

Marion & Philippe Jacquier

 

Télecharger le dossier de presse